le podcast ︎
 
Yvon a débuté en “conventionnel”, mais à la fin des années 90, il réalise qu’il va droit dans le mur avec ce système, gourmand en énergie et peu rentable, dont les dommages collatéraux ne sont plus à démontrer. Progressivement, il cherche à repenser ses méthodes et entame une transition basée sur un système herbager dont sont bientôt banis les produits phytosanitaires. Il intègre peu à peu une nouvelle race à son troupeau, la Jersiaise. Cette vache, plus petite et moins gourmande en énergie que la Holstein, donne un lait moins abondant mais plus riche, et donc mieux valorisé par l’industrie.  
Après l’obtention de son label bio, Yvon rejoint Biolait, une coopérative pionnière dans la collecte de lait biologique, qui revend le lait aux laiteries des environs.









le podcast ︎


Après une carrière d’agronomes, Erwan et Laurence s’installent à Rosnoën en tant qu’éleveurs laitiers. Désireux de s’inscrire dans un mode d’élevage responsable, mais aussi rentable et pérenne, ils posent progressivement les bases d’un système désormais cité en exemple par leurs homologues locaux. Erwan me parle de son rapport à l’identité paysanne, expose avec clarté les mécanismes qui ont longtemps fait vivre la filière industrielle, et qui la précipitent désormais vers sa chute.


le podcast ︎


Yves est un ancien “conventionnel” que les convictions ont poussé à se convertir au bio. Mené sur une dizaine d’années, son projet de transition incite son épouse Véronique, alors professeure de piano, à suivre une formation de fromagère. Désormais associés, Yves et son gendre Thomas font pâturer leur troupeau de Jersiaises dans les prés du Faou, où l’herbe grasse et abondante donne un lait riche et un beurre doré.
Il y a quelques années, ils portent le projet plus loin en connectant les producteurs locaux pour créer leur système de vente directe. Ils en font un événement ; et durant la saison estivale, un marché nocturne accueille les producteurs du réseau, les habitants du coin, les musiciens de passage pour des soirées devenues rituelles. Comme le dit Yves, on est alors bien au delà du métier de paysan.








le podcast ︎


Michel et son frère Xavier possèdent un troupeau d’une centaine de vaches Prim’Holstein qu’ils élèvent sur la commune de Saint Derrien selon les méthodes dites “conventionnelles”.
Michel est quelqu’un que je connais bien, il incarne aux yeux de certaines personnes de mon entourage l’éleveur moderne, tourné vers l’avenir. L’exploitation est équipée d’un robot de traite et vend son lait à l’une des principales coopératives des environs. C’est l’occasion pour moi d’en apprendre davantage sur la réalité d’une pratique qui fait face d’une part à la dépendance financière et à l’endettement, d’autre part à l’hostilité de l’opinion au regard d’enjeux éthiques et environnementaux désormais incontournables.



le podcast ︎


Il y a quelques années, Vincent et Céline ont renoncé à leur mode de vie citadin pour venir vivre à Gueslesquin, un village situé au pied des Monts d’Arrée où vit la famille de Vincent. Le père et le frère de ce dernier élèvent des vaches normandes selon la charte biologique, et de ce lait si riche, peu valorisé par l’industrie, ils ont décidé de tirer partie. C’est ainsi qu’est né Du Foin dans les Sabots, une gamme de produits laitiers destinée à la vente directe et à la restauration collective. Confectionnés par Céline, les produits sont aujourd’hui servis dans plus de 40 cantines scolaires des environs, et c’est tout naturellement que Vincent évoque l’enjeu territorial que représente l’alimentation aujourd’hui.











le podcast ︎


A Plouguernevel, près de Rostrenen, je découvre la ferme de Marion, Benjamin et Pierre Yves. Installés en 2016, ils poursuivent une quête précise : aboutir à un système socialement équitable, écologiquement viable et économiquement rentable qui ne dépende pas des cours du lait ni des banques. Ainsi ils créent une SCI, choisissent d’élever des races locales - la Bretonne Pie Noire et le Porc Blanc de l’Ouest - et accordent une place majeure à la tranformation et à la vente directe de leurs produits.